Le défibrillateur.

Quand on sait qu’en France, environ 50000 personnes meurent d’un arrêt cardiaque chaque année, la démocratisation du défibrillateur par le décret n° 2007-705 a été accueillie favorablement et a permis de retrouver espoir. Néanmoins, la combinaison de cet appareil salvateur et des bons gestes appris lors d’une formation en premiers secours est le meilleur moyen pour augmenter les chances de survie de la victime. En effet, pour un sauvetage efficace et en bon et dû forme, le défibrillateur vient en dernier recours : après l’appel donné au SAMU pour que les secours spécialisés viennent en renfort et le massage cardiaque en alternance avec le bouche-à-bouche ou insufflation (deux insufflations après 30 compressions) à l’aide d’un masque bouche à bouche . Vient ensuite l’utilisation de d’un défibrillateur automatique ou semi-automatique .

De plus en plus de lieux publics (mairie, grands magasins, etc.), de foyers et de particuliers sont, actuellement, équipés d’un défibrillateur. Cette décision de s’en munir se révèle cruciale et essentielle, étant donné que qu’un accident cardiaque ne choisit ni son heure ni son lieu pour surgir et faire basculer la vie de la personne. Un arrêt cardiaque peut arriver subitement ou petit à petit. Par ailleurs, ses causes sont nombreuses : une intoxication, une overdose, une hypothermie, une fibrillation ventriculaire etc. qui entraînent un trouble du rythme cardiaque.

Plus l’intervention combinant les bons gestes (massage cardiaque, défibrillation) se font dans les toutes premières minutes (les 5 premières minutes sont cruciales), plus les chances de survie de la victime augmentent. Il est à noter qu’une minute gagnée c’est 10% de survie en plus.

Pour toute information :

Site Internet : Matériel de secourisme

375 avenue saint Just

83130 La Garde

tel : 0494218311

mail: contact[@]ylea.eu

Leave a Reply