Le trachome ou conjonctivite granuleuse

Nous pouvons distinguer différentes sortes de conjonctivites ; mais ici, nous allons surtout parler du trachome dit conjonctivite granuleuse.  Cette maladie contractée dans les pays chauds, n’a plus la gravité de jadis, par le dépistage organisé sur un plan mondial et grâce aux médications nouvelles en sulfamides comme antibiotiques.

 

Les complications

Mais le trachome fait encore des ravages si on le laisse évoluer sans le traiter. Les complications se manifestent essentiellement par l’entropion des paupières, le glaucome avec possibilité  d’une perte définitive de la vision pour les personnes ayant la cornée atrophiée en se desséchant à la suite de kératites.

Le trachome à son stade final se présente surtout avec des signes fonctionnels de conjonctivite c’est-à-dire des fortes démangeaisons des paupières à titre de prurit. Comme c’est une conjonctivite granuleuse, il se produit alors des granulations envahissant le cul de sac des paupières supérieures. La plupart du temps, cette apparition de trachome aigu est consécutive à une période antérieure conjonctivale qui a pu évoluer dans le courant des mois précédant cette infection. En outre, la friction des granulations provoque une réaction mécanique au niveau de la partie haute de la cornée.

Le trachome est aux Indes et dans les pays africains la cause majeure de la cécité.  D’après des études récentes, près de 400 millions de personnes dans le monde sont touchés par cette affection. Au nord de l’Inde, dans les zones rurales où l’infection n’est pas traitée, près de 90% de la population est atteinte.  La maladie traitée au début peut guérir totalement.  Le seul risque à craindre est la réinfection.