Grossesse et fuites urinaires

Les fuites urinaires appraissent généralement au cours du troisième trimestre de la grossesse. La femme enceinte a beaucoup de difficultés à retenir ses urines. A ce stade, uriner plus de 7 fois par jour est donc tout à fait normal, c’est parce que l’utérus, en augmentant de volume, comprime la vessie. Une rééducation devra donc être envisagée après l’accouchement.

La majorité des femmes, pendant leur grossesse, disent avoir été touchées par l’incontinence urinaire. Celles qui ont déjà vécu un accouchement sont les plus touchées. Si vous avez donc déjà eu des fuites lors de votre précédente grossesse, vous êtes prédisposée à en avoir de nouveau si vous retombez enceinte. Quant aux jeunes mamans, 50% sont concernées par l’incontinence d’effort après l’accouchement.

Les fuites urinaires peuvent en effet être les conséquences de l’accouchement, les tissus du périnée et du bassin étant distendus et leur relâchement va se traduire par des pertes d’urines lors d’un effort, d’une toux, d’un éternument, d’éclat de rire, … le muscle qui contrôle la vessie n’est plus maîtrisé. Cela peut également compromettre les rapports sexuels puisqu’un phénomène de relâchement musculaire peut également survenir au niveau du vagin.

Une rééducation périnéale est donc primordiale. Avant l’accouchement, la femme doit apprendre à contrôler son périnée, et ce, lors des cours de préparation à la naissance. Après l’accouchement, elle doit, au cours de la viste post-natale, faire évaluer l’état de sa musculature périnéale. La rééducation lui permettra de retrouver une périnée indolore et tonique.